RDC : Mémorandum des gouverneurs, Jérémie YAV fait sa lecture

RDC : Mémorandum des gouverneurs, Jérémie YAV fait sa lecture

Après la 8ème session des gouverneurs qui s’est tenue du 22 au 23 décembre 2021 à Kinshasa, les réactions des analystes politiques fusent de partout. C’est notamment celle de Jérémie Yav cadre de la société civile dans le Haut-Katanga qui a accordé une interview à notre rédaction.


Alfred MWEHU: En tant que cadre de la société civile, de quel œil regardez-vous le mémorandum des gouverneurs ?

Jérémie YAV: À mon sens, nous sommes dans ce jeu ou système qui veut s’enraciner. Les acteurs politiques veulent continuer à chanter à la gloire d’un individu pour leur maintien politique. C’est vrai, nous sommes dans l’article 200 de la constitution qui stipule que une ou deux fois de l’an, les gouverneurs, vice-gouverneurs, ministre de l’intérieur doivent se retrouver en conférence avec le chef de l’État. Mais vous allez sans doute constater qu’il n’y a pas de différence entre ce qui s’est passé lors de la dernière conférence tenue en date du 28 au 29 décembre 2020. La seule chose qui m’a surpris, ce qu’on a demandé pour deux ans, qu’on puisse surseoir à la motion de défiance pour faciliter la stabilité en province.

Alfred MWEHU: Puisque vous avez anticipé, êtes-vous pour la surséance de cette motion de défiance ?
Jérémie YAV: C’est bien beau, mais cela pourrait occasionner la malversation, la gabegie financière voire le détournement de fonds. Dans la mesure où quand le gouverneur constitutionnellement parlant est redevable envers l’assemblée provinciale, il pourrait se permettre de tout faire d’autant plus qu’il sait que pour deux ans il est dans sa stabilité. À mon avis, il y a à boire et à manger d’autant plus qu’il y a toujours à relativiser.

Alfred MWEHU: Les déchéances de gouverneurs se sont accentuées ces deux dernières années. Il y a 14 sur 26 provinces qui en ont connu. Est-ce qu’il y a de quoi s’interroger sur les intérêts individuels ?
Jérémie YAV : Oui ! Il y en a. Nous sommes en République Démocratique du Congo où il y a un certain Narcissisme de sauver les intérêts du consensus, conglomérat ou du cartel. Mais moi, je pense que c’est un faux fuyant quand on pense que, c’est parce qu’il y a instabilité au niveau gouvernemental que le développement n’est pas effectif. C’est faux ! C’est un problème lié au système. On peut mettre les gouverneurs de ces 26 provinces pendant 5 ans, le système est moisi. Ce n’est pas une question liée à leur absence. Ça n’a rien à voir. Et donc le gouvernement national est entrain de supposer que c’est parce que les gouverneurs ont été déchus qu’il n’y aura pas de développement. Ce qui est tout faux ! Par exemple, le gouverneur Mujey avec la province du Lualaba qui n’était qu’un district urbano-rural. Cette province a actuellement des infrastructures un tout petit peu compréhensibles comparativement à avant. Est-ce que vous pouvez rendre sa déchéance d’une institutionalité outrancière ? Regardez ce qui s’est passé dans le Tanganyika avec Zoé Kabila ! Au fond, il suffit que vous apparteniez à l’union sacrée et vous aurez toutes les oreillers du régime en place. Le gouverneur Jacques Kyabula n’en fait pas exception. Qui, à mon sens a fait une transhumance. Si ce dernier s’était maintenu dans la posture des gouverneurs précités qui n’ont pas fait de beaux yeux au système, il ne serait pas gouverneur.

Alfred MWEHU: Enfin, comment trouvez vous la sollicitation des gouverneurs quant à la mise à la disposition d’un montant forfaitaire de deux millions de dollars américains destinés à meubler davantage l’actif du quinquennat du président de la République ? Est-ce un montant conséquent ?
Jérémie YAV: Je pense que c’est honnêtement suffisant pour eux. Il ne faut pas que j’entre dans une polémique pour laquelle je n’ai pas qualité. Au regard de cette sollicitation, nous comptons sur l’honnêteté des exécutifs provinciaux. Le comble ce que quand nous pensons à la congolité, c’est là que nous nous posons des questions notamment celle de savoir si c’est une manière de renchérir avec la gabegie financière qui gangrène tout le pays.

#Alfred MWEHU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 + 13 =


Vous aimez nos contenus? Continuez de nous suivre sur :

Merci d'avoir visité Gouverne.info

Envie de réagir ou de suggérer, veuillez nous laisser un message.

Share via
Copy link
Powered by Social Snap