RDC: Au lendemain des bavures policières, les attentes du collectif des journalistes de la presse internationale

RDC: Au lendemain des bavures policières, les attentes du collectif des journalistes de la presse internationale

24 heures après les bavures des éléments de la police à l’endroit des journalistes lors de la marche de la coalition Lamuka, le ministre de la communication et médias Patrick Muyaya entretient dans son office les journalistes congolais correspondants de la presse internationale. Leur travail au quotidien était au cœur des échanges ce jeudi 16 septembre 2021.

En collectif, ces journalistes dénoncent et condamnent les actes inhumains infligés à leurs confrères lors de la marche de la coalition Lamuka, ils ont exprimé leur peine face à la scène où l’on sait apercevoir un policier de rang qui commet des bavures devant son commandant sans être interpellé sur le champ.

À l’unisson, les correspondants de la presse internationale estiment que quand le policier se met à brutaliser un journaliste ou un citoyen congolais, il faut qu’il y ait un commandant qui l’interpelle, surtout si ce n’était pas les orientations de la hiérarchie. Ils pensent que le commandant affecté à cette marche de la coalition Lamuka pour exiger la dépolitisation de la commission électorale nationale indépendante a accepté et toléré cette violence physique doublée de la destruction méchante des matériels de travail.

Ancien journaliste comme eux, Patrick Muyaya était à leur écoute. Ils se réjouissent du fait que le ministre a été pratiquement dans la même compréhension des choses qu’eux. Les bonnes conditions de travail préoccupent également ces congolais qui coopèrent ou œuvrent pour les médias étrangers.

#Félix Matudi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 − 2 =


Share via
Copy link
Powered by Social Snap